8/25/2016

Eton Mess in a jar | Eton Mess destructuré


C'était un été sans vacances, sans départ ni valise, sans crème solaire, sans paréo à glisser dans un panier en osier.
C'était un été comme un trait d'union entre la fin d'un chapitre et le début d'un autre, quand tout reste à écrire. Il y aura bien eu ses préludes comme le rosé frappé, les pétanques improvisées en bord de canal, les petits bateaux et les copains qui sont restés et qui bon gré mal gré s'amusent d'une capitale dépeuplée. Notre tour alors de décamper, direction les prairies vallonnées de Normandie. On se poile comme des gosses, on marche pieds nus dans l'herbe brûlée, jaunie par un soleil ardent, on rabâche les vieilles anecdotes d'il y a 15 ans en se disant "15 ans déjà", on tarde dans la nuit, un peu éméchés on s'époumone sur de vieux hits qu'il vaille mieux taire.
Au matin, mines froissées, on se gondole gentiment en repensant à la régression d'hier et comme c'est bon.
Je fais un saut de puce sur Paris. A quoi bon ? La fournaise, la reprise des uns, la rentrée des autres. Fissa fissa je saute dans un train: revenir à la maison, là où l'été ne s'est pas arrêté, où la nappe colorée continue d'ondoyer sous la tiède brise, où le linge sèche et laisse échapper ses parfums de lavande, où les hirondelles trissent dans le bleu du ciel.
La mer est à côté, j'enfile un maillot et cours vers les embruns, les rivages et les masses de cheveux d'ange balayées par les vents marins.
Le soir, après avoir grillé une dernière blonde, je sens la fatigue me gagner, lentement s'emparer du corps et le laisser sombrer dans une douce léthargie. Je file alors me coucher, la chaleur est intenable, j'entrouvre la fenêtre pour mieux entendre la nuit, son tintement d'étoiles et rêve à demain.

INGRÉDIENTS POUR 4 PERSONNES :

- 350 g de framboises
- 1 gousse de vanille
- 50 cl de crème liquide entière bien froide
- 3 cuill. à soupe de sucre en poudre
- 12 petites meringues

PRÉPARATION :

1) Laver et sécher les framboises puis écraser les deux tiers. fendre la gousse de vanille et gratter pour récupérer ses graines. Fouetter la crème liquide entière en chantilly à l'aide d'un batteur électrique puis ajouter le sucre en poudre pour la serrer. Fouetter encore quelques instants. Incorporer délicatement les deux tiers de framboises écrasées et les graines de vanille.

2) Émietter les meringues (en conserver 4 entières) puis les déposer dans le fond de 4 pots en verre de taille moyenne. Répartir les framboises entières restantes puis la crème fouettée à la framboise.

3) Pour finir, déposer une meringue entière sur le haut de chaque bocal, Réserver au frais jusqu'au moment de servir.



3/28/2016

Banana and Nutella® layer cake | Layer cake à la banane et Nutella®





Il y avait ce ciel, entre rires et pleurs, les caprices des nuages, le vent pour leur souffler dans les plumes. Il y avait l'oiseau effarouché, entre timidité et envie dévorante d'explorer la cime des arbres. Il y avait les jonquilles jonchant l'asphalte parisien, égayant son gris, touches impressionnistes tirant du vert au bleu de prusse. L'odeur du pain chaud, s'échappant des boulanges alentours, titillait l'envie d'un beurre tendre tartiné sur sa mie.
Le kiosque, comme à son habitude, proposait les gros titres. Des piles de journaux entassés, le parfum de solvants en plus. Et puis la place de l'Église, ses pavés comme usés par le temps, les énormes jardinières étaient affublées de nœuds colorés, que les gouttes de pluie venaient pâlir. Les cloches laissaient éclater leurs "ding" et leurs "dong", ronds comme des ballons, sonores et tonnants. La foule s'était rassemblée, les conversations animées rythmaient la scène. C'était comme un village, quelque part sur les hauteurs parisiennes. Comme une légèreté de l'Être sur les parvis du 20ème.

INGRÉDIENTS POUR UN GÂTEAU DE 12 PARTS :

3 bananes écrasées en purée
115 g de beurre pommade
200 g de sucre en poudre
2 œufs
20 cl de crème fraîche ou un yaourt à la grecque
200 g de farine
1 1/2 cuill. à café de levure chimique
1/4 de cuill. à café de bicarbonate de soude alimentaire
1/2 cuill. à café de sel fin

Pour le glaçage :
400 g de fromage frais
100 g de beurre pommade
200 g de Nutella®
100 g de sucre glace


PRÉPARATION :

1. Préchauffer le four à 180°C. Tapisser 3 moules à charnière de 15 cm de diamètre de papier sulfurisé, beurrer et fariner les bords.

2. Tamiser la farine, la levure, le bicarbonate et le sel ensemble, réserver. Dans un saladier, battre le beurre et le sucre jusqu'à ce que le mélange soit léger.

3. Ajouter les oeufs un à un. Incorporer la moitié du mélange de farine. Ajouter la crème ou le yaourt à la grecque. Terminer par ajouter le restant de farine. Incorporer les bananes écrasées.

4. Répartir le mélange à parts égales dans les moules à charnière. Faire cuire pendant 25/30 minutes.
A la sortie du four, attendre 15 minutes puis démouler et laisser refroidir sur une grille.

5. Préparer le glaçage : battre ensemble le beurre et le fromage frais. Ajouter la pâte à tartiner puis le sucre glace.

6. Pour le montage : déposer une génoise sur une assiette, garnir d'un peu de glaçage, déposer une seconde génoise et renouveler l'opération. Déposer la troisième génoise. Répartir le reste du glaçage sur le dessus et les pourtours du gâteau à l'aide d'une spatule coudée.





Recette des génoises adpatée de The Cake Blog

3/06/2016

Seriously chocolatey cookies and a surprise | Cookies très chocolatés et une surprise...



Je les aime, je les aime grand comme le ciel, un ciel qui n'aurait aucunes limites, un ciel qui déborderait, qui colorierait au-delà des univers. Hier, comme aujourd'hui et demain, elles m'inspirent : elles sont un exemple de sagesse et discernement. Elles ont toujours su trouver les mots, aussi simples soient-ils, pour me guider, me consoler ou encore me faire sourire. Quand je les regarde, dans l'azur de mes rêves, je les trouve tout en poésie, douceur, comme un horizon pastel. Elles, ce sont mes grand-mères. Et aujourd'hui, bien qu'éloignées, je les ai fêtées. Ma grand-mère maternelle affectionne particulièrement les fleurs. Des fleurs qui toujours l'ont entourée. Mon grand-père a toujours fait en sorte qu'elles bordent la terrasse de leur maison, qu'elles courent sur le muret de vieilles pierres. Et puis ces glycines qui, au Printemps, éclatent répandant ainsi tout leur parfum, jusque dans le vieux vestibule aux tomettes terre de sienne. Ce sont quatre roses qui lui ont été offertes.
Ma grand-mère paternelle a, quant à elle, toujours affectionné la musique et lorsque plus jeune je passais mes mercredis après-midi à chanter, c'était toujours avec émotion qu'elle me surprenait, poussant doucement la porte de ma chambre. Timide je partageais peu cette passion qui m'animait. Aujourd'hui j'ai décidé de lui faire plaisir. Le progrès ne s'arrête pas et grâce à une application très bien embobelinée j'ai repris un morceau qui toujours l'a bouleversée : "Mieux qu'ici bas" d'Isabelle Boulay. Je la livre ici, tout à fait exceptionnellement, pour partager avec vous l'importance que je donne à cet amour filial.

Écouter "Mieux qu'ici bas"


INGRÉDIENTS POUR 20 COOKIES :

200 g de chocolat noir
85 g de beurre
2 oeufs
200 g de sucre muscovado
1 cuill. à soupe de mélasse
1 cuill. à café d'extrait de vanille liquide
185 g de farine
1 cuill. à soupe de cacao en poudre non sucré
1/2 cuill. à café de levure chimique
1/4 de cuill. à café de sel fin
100 g de pépites de chocolat
100 g de chocolat blanc

PRÉPARATION :

1. Préchauffer le four à 180°C. tapisser une plaque de cuisson de papier sulfurisé, réserver.

2. Dans un saladier, tamiser ensemble la farine, le sel, la levure et le cacao, réserver.

3. Faites fondre le beurre et le chocolat noir au bain-marie.

4. Dans un saladier battre à l'aide d'un batteur électrique le sucre, la mélasse, un oeuf et un jaune d'oeuf et la vanille. Le mélange doit éclaircir et devenir léger. Incorporer le chocolat fondu. Ajouter alors le mélange de farine puis les pépites de chocolat.

5. Déposer des petits tas de pâte de la taille d'un balle de ping-pong sur la plaque en les espaçant de quelques centimètres puis faire cuir 12 minutes. Laisser refroidir.

6. Faire fondre le chocolat blanc au bain-marie puis, à l'aide d'une cuillère à café, décorer les biscuits de chocolat blanc. Laisser figer, déguster !




2/28/2016

Strawberry sponge cake | Génoises à la vanille, compotée de fraises et crème fouettée




Premier sourire du Printemps

Tandis qu'à leurs œuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.
Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement, lorsque tout dort,
Il repasse les collerettes
Et cisèle les boutons d'or.
Dans le verger et dans la vigne,
Il s'en va furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l'amandier.
La nature au lit se repose,
Lui, descend au jardin désert
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert.
Puis, lorsque sa besogne est faite,
Et que son règne va finir,
Au seuil d'avril, tournant la tête,
Il dit : "printemps, tu peux venir."


Théophile Gautier







INGRÉDIENTS POUR UN GÂTEAU DE 8 PARTS :

Pour les génoises :

225 g de beurre pommade
300 g de sucre en poudre
5 oeufs
285 g de farine
1 cuill. à soupe de levure chimique
1/2 cuill. à café de sel fin
10 cl de lait
1 cuill. à café d'extrait de vanille liquide
2 cuill. à soupe d'huile neutre

Pour la compotée de fraises :

500 g de fraises, lavées et coupées
40 g de sucre en poudre
5 cl d'eau

Pour la crème de mascarpone et chantilly :

200 g de mascarpone
100 g de sucre glace
20 cl de crème entière liquide
40 g de sucre
1 sachet de Chantifix (optionnel)

PRÉPARATION :

1. Préchauffer le four à 180°C. Beurrer et fariner deux moules à charnière de 18 cm de diamètre. Réserver. Dansun récipient mélanger ensemble le lait, l'huile et la vanille.

2. Fouetter le sucre et le beurre pommade jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajouter les oeufs un à un en fouettant bien après chaque ajout.

3. Tamiser la farine, la levure et le sel. Incorporer la moitié de ce mélange au beurre sucré. Ajouter le lait vanillé puis incorporer le restant de farine.

4. Répartir ce mélange dans les moules à charnière. Faire cuire 35 minutes (la pointe d'un cure-dent doit ressortir sèche des génoises). Laisser refroidir 5 minutes puis démouler et laisser refroidir sur des grilles.

5. Réaliser la compotée de fraises : dans une casserole faire cuire à petit bouillon, pendant 15 minutes, les fraises, le sucre et l'eau. Réserver.

6. Réaliser la crème de mascarpone et chantilly : dans un saladier battre le mascarpone avec le sucre glace. Réserver.
Dans un saladier préalablement refroidi dans le congélateur, battre la crème entière liquide pendant 1 minute. Ajouter le sucre mélangé au sachet de Chantifix, battre jusqu'à ce que le fouet laisse une empreinte dans la crème. Incorporer délicatement la chantilly au mascarpone.

7. Réaliser le montage : déposer une génoise sur une assiette, répartir la crème de mascarpone généreusement sur cette base. Ajouter un peu de compotée de fraises. Déposer la seconde génoise en pressant légèrement. Saupoudrer de sucre glace.



2/21/2016

Circus ombre cake | Circus ombre cake et puis Biclette...










Biclette a toqué énergiquement à la porte, les cheveux broussaille en bataille, un noeud de Pâques vissé sur la tête et affublée d'un short de soie vermillon au pois rond comme des ballons. Elle se détachait du temps morne et gris qui régnait sur Paris. "C'est mon anniversaire !" me dit-elle, "sauf qu'l'gâteau bah j'sais pas faire, t'en ferais pas ton affaire ?". J'accepte et laisse entrer Biclette, suivaient deux valises. J'eusse craint qu'elle s'installe pour de bon à la maison mais elle n'en fit rien.
Au lieu de cela, elle en sortit machine à popcorn, sucre rose, éléphant, gobelets étoilés... Je compris alors que son univers tout entier allait bousculer le mien. Elle était enthousiaste au possible, insouciante, elle respirait la joie de vivre. Elle ne se souciait guère du temps, de l'heure ou de l'endroit. Comme si l'environnement n'avait pas d'emprise sur elle. Elle s'essaya à quelques douteuses contorsions sur le banc du salon, parcourra des kilomètres de parquet à quatre-pattes , avala goulûment guimauves et grains de maïs soufflés. C'était un joyeux bordel à elle seule. Comme échappée d'un rêve, elle laissait sa bonhomie ricocher sur les murs du salon. J'eus cru lire un clown sur les traits de son visage, fantasque personnage suspendu à l'imaginaire collectif.

_ "Ça va Biclette ?" lui lançais-je
_ "Oui mais je peux manger le gâteau ?" me demanda-t-elle
_ "Non Biclette plus tard..." lui répondis-je
_ "Plus tard ça veut dire maintenant ?" rétorqua-t-elle pleine d'aplomb

J'y voyais quelque chose du Petit Prince chez Biclette, comme une enfant dans un corps bien trop grand. Une enfant qui voudrait la terre entière et l'univers pour cour de récréation. Une enfant qui viendrait avec sa poignée d'étoiles, éclairer le ciel de nos vies d'adultes que l'innocence et la candeur ont quitté bien trop tôt. Je la voyais évoluer avec toute la grâce d'une princesse des calembours, d'une esthète de la vie.
Sa conversation se voulait décousue, comme si elle attrapait les mots à la volée puis les plaçait ça et là, sur un fil. Des lettres, des interjections qui meublaient le silence de la pièce.
Elle s'extasiât parfois sur le chapiteau de génoises qu'était son gâteau d'anniversaire. Elle venait butiner ses parfums de vanille et de fraise, puis glissait  vers d'autres rêveries inédites.
L'appartement s'était comme soudainement transformé en un joyeux poème. 

Puis la nuit vint à s'installer et Biclette me dit qu'il fallait rentrer "Mais où ?" lui demandais-je? "Et bien rentrer pardi ! Prendre les valises et puis partir dans un pays du quelque part.".
C'est ce qu'elle fit, ses valises, emportant avec elle son rire et ses goguenardises mais laissant quelques étoiles éclairer le ciel de nos têtes, que les rideaux que sont nos paupières laissent entrevoir même dans nos profonds sommeils...

Le matin, je trouvais une lettre de Biclette :

"Je suis née le 20 février 1984.

Mais Biclette a montré le bout de son nez en 2009 et cela me plaît beaucoup d'avoir environ 7 ans. Pour mon septième anniversaire, j'ai fait la fête sur le thème des clowns et des saltimbanques : artistes de rue et de cirque. Ceux-là vivent dans le mouvement permanent. Ils ne migrent pas, ils voyagent. Ils partent et reviennent. Ils s'en vont, pensent, avancent. Ils questionnent le monde. Ils bougent sur leur immense maison. Pas de frontière. Venir ici pour être là. Poser quelques instants
son regard sur un paysage, une personne ou à l'intérieur de soi. Et regarder autour. Créer des liens. Emprunter des passages. Habiter des terrains vagues. S'enfoncer dans les campagnes pour y déposer la magie du spectacle vivant !

J'ai un frère, une soeur et 17 cousines et cousins germains.

L'une de mes cousine a fait un gâteau pour mon anniversaire. Il est si beau, c'est comme dans un rêve ! J'aime sa hauteur et son élégance... Ma chère cousine, merci. Ton gâteau est magique !

Le spectacle et la pâtisserie sont certainement cousins. Animés par la passion, ils aiment tous deux chercher, créer et partager. Beaucoup de clowns ont gouté au rire du public. Il est aussi addictif qu'un gâteau de ma cousine. Et vous savez-quoi ? Le Petit Auguste alphabétique, écrit par Yves Dagenais, rassemble les 3000 noms de tous ceux qui nous ont fait rêver ou rire ; des précurseurs du genre jusqu'à aujourd'hui. Un merveilleux cadeau d'anniversaire !"

Pssstt retrouver Biclette et ses clownesques copains par ici : Vous en voulez





INGRÉDIENTS POUR UN GÂTEAU DE 12 PARTS :

Pour les génoises :

190 g de farine tout usage
190 g de farine avec levure incorporée
1 cuill. à soupe de levure chimique
3/4 de cuill. à café de sel fin
1/2 cuill. à café de bicarbonate de soude alimentaire
115 g de crème fraîche ( à plus de 35% de mat. grasse)
25 cl de lait
225 g de beurre
400 g de sucre
2 cuill. à café d'extrait de vanille liquide
2 oeufs + 3 jaunes d'oeufs

Pour la garniture :

Confiture de fraises

Pour le glaçage :

600 g de fromage frais nature
225 g de beurre doux
300 g de sucre glace
2 cuill. à café d'extrait de vanille liquide
Colorants : bleu et rouge

PRÉPARATION :

1. Préchauffer le four à 180°C. Beurrer et fariner des moules à charnière de 18 cm de diamètre.

2. Tamiser ensemble les ingrédients secs : farines, levure, bicarbonate, sel fin, réserver. Mélanger ensemble le lait et la crème fraîche, réserver.

3. Battre le beurre pommade et le sucre ensemble jusqu'à ce que le mélange soit léger et mousseux. Ajouter l'arôme de vanille puis les oeufs et les jaunes un à un.

4. Incorporer la moitié de la farine puis le lait, terminer par incorporer le restant de farine.

5. Répartir ce mélange à parts égales dans les 3 moules à charnière puis faire cuire 35/40 minutes. Laisser refroidir 15 minutes puis laisser reposer une heure minimum sur une grille.

6. Réaliser le glaçage et le montage : 
Battre ensemble le fromage frais, le beurre pommade, l'extrait de vanille et le sucre glace.
Partager ce glaçage en trois en gardant une part de glaçage blanc plus importante.
Ajouter les colorants rouge et bleu aux parts de glaçage respectives les moins importantes.

7. Réaliser le montage : 
Sur une tranche de génoise étaler un peu de confiture de fraise et un peu de glaçage blanc.
Recouvrir d'une seconde tranche de génoise, renouveler l'opération et recouvrir de la troisième tranche de génoise. Solidifier les génoises entre-elles en étalant sur les bords un peu de glaçage blanc, mettre au frais 10 minutes.
Recouvrir le dessus du gâteau de glaçage blanc et laisser déborder légèrement sur les bords.
Dans deux poches à douille remplir des glaçage bleu et rose.
Répartir le glaçage bleu à la base et en remontant, puis renouveler l'opération avec le rose. Lisser à la spatule. Décorer de quelques friandises.